Olympus OM-D E-M5 : une bombe numérique au look rétro

 

La semaine dernière, Olympus a lancé le EM-5, un appareil-photo numérique au design rappelant la série OM des années 70 et 80.

Derrière le boitier au look vieillot – mais tout de même fait de magnésium – se cache un appareil puissant, équipé des toutes dernières technologies.

Au départ, des caractéristiques intéressantes : 16,1 mégapixels, 35 points de focus, déclencheur silencieux, mode rafale – vraiment rapide – de 9,2 images à la seconde…

Mais hormis ces chiffres qui sont parfois uniquement placés là à des fins de marketing (car on sait tous qu’un bon appareil de 8 mégapixels peut suffire à imprimer une affiche), le OM-D E-M5 renferme une foule de petits détails pouvant devenir des arguments de vente.

Les points forts

J’ai tout d’abord été étonné par la légèreté du boitier, me souvenant du poids de l’appareil Minolta 35mm de mon père. La série OM devait être tout aussi lourde à l’époque.


(Série OM originale à gauche, nouveau E-M5 à droite)

Une partie du boîtier (qui résiste d’ailleurs à l’eau et à la poussière) est recouverte d’un simili-cuir, donnant une très bonne prise en main.

Ensuite, c’est son écran tactile pivotant qui m’a agréablement surpris (oui, j’ai un écran pivotant sur mon Canon 60D, mais il n’est pas tactile, bon).

L’écran mesure 3 pouces de diagonale et affiche 610 000 pixels, ce qui n’est pas mauvais, mais bien des appareils font mieux actuellement (les Canon T3i et 60D, notamment).

L’appareil couvre une plage couvrant de 100 à 25 600 ISO, mais je n’ai pas pu le tester pour voir à partir de quel ISO le grain commence à envahir l’image (car tous les boitiers, peu importe l’ISO annoncé, vous donneront du grain à un certain moment… il s’agit de réussir à repousser l’inévitable le plus loin possible pour réussir à se démarquer).

La stabilisation se fait à l’aide de plaques magnétiques, ce qui permet un meilleur résultat sur dans les angles possibles.

L’appareil ne comporte pas de miroir, ce qui résulte en un déclencheur très silencieux. Malgré cette absence, on obtient un viseur couvrant 100% de l’image perçue par l’objectif, ce qui est plutôt rare, même sur les appareils comportant un miroir!

De plus, beaucoup de boitiers avec un viseur électronique souffrent d’un horrible délai de quelques dixièmes de seconde au niveau de l’affichage à l’écran (une éternité en photographie), mais celui d’Olympus est le plus rapide que j’ai pu essayer à ce jour. On parle d’un taux de rafraîchissement de 120 images à la seconde!

Parlant d’images à la seconde, le capteur du E-M5 tourne à 240 images à la seconde, ce qui lui confère un avantage au niveau de l’autofocus, qui serait plus rapide encore que le Panasonic Lumix DMC GH2.

Accessoires

Un flash externe de base se fixant au sabot est fourni avec l’appareil (à gauche du boitier, ci-dessous).

Il est possible de se procurer une poignée avec pile supplémentaire, soit pour améliorer la prise en mode portrait, soit pour simplement augmenter l’autonomie de l’appareil – ou pourquoi pas les deux!

Les gens d’Olympus m’ont aussi parlé d’un objectif 75mm f1.8 (compatible avec les appareils Panasonic, comme la plupart des objectifs Olympus d’ailleurs, semble-t-il).

Prix et disponibilité

Le boitier seul devrait se détailler autour de 1000$.

Des ensembles seront aussi disponibles, comprenant soit un objectif M.Zuiko 14-42mm (environ 1100$) ou un objectif M.Zuiko 12-50mm (1300$).

Disponibilité prévue en avril 2012.

Encore plus de nouveaux modèles

Olympus a aussi récemment lancé d’autres appareils-photo numériques, notamment les SZ-31 et TG-820 (de la série « Tough »).

SZ-31MR iHS

Cet appareil compact de 16 mégapixels est équipé d’un écran tactile de 3 pouces affichant 920 000 pixels et d’un zoom optique 24x.

Le SZ-31MR peut aussi filmer en 1080p et il est même possible de prendre des photos pendant le tournage d’une vidéo, simplement en touchant l’écran du doigt!

Il comprend un système de stabilisation d’image tant pour les photos que la vidéo et propose une douzaine de filtres amusants lors de la prise de photos.

Il est aussi possible de créer un diaporama avec musique de fond et effets de transition afin de montrer vos photos sur un téléviseur dès votre retour à la maison!

Le SZ-31MR sera disponible fin-avril au coût approximatif de 399,99$.


(Flash intégré ouvert)

TG-820 iHS

La gamme « Tough » d’Olympus se voit greffée d’un nouveau modèle, le TG-820, un appareil de 12 mégapixels que l’on peut échapper d’une hauteur de 2 mètres (6,6 pieds)!

Il résiste aussi au froid jusqu’à une température de -10C ainsi qu’à un poids de 100 Kg et peut être submergé jusqu’à une profondeur de 10 mètres.

Équipé d’un zoom optique 10x, de la stabilisation d’image (tant pour la photo que la vidéo) et d’un écran de 3 pouces affichant 1 030 000 pixels.

L’appareil idéal pour les photos de voyage ou les activités extérieures!

Le TG-820 sera aisponible en mars dans diverses couleurs pour environ 299,99$.


(Nouveau modèle à gauche, ancien modèle à droite)

– – –

Vous aimez cet article? Partagez-le!


avatar

Auteur :

Stéphane Vaillancourt est passionné par la technologie. Il a exploré le design de sites web, les jeux vidéo (comme joueur, designer et programmeur), la photo numérique et même la musique électronique... Il partage maintenant sa passion avec vous! Vous pouvez aussi retrouver ses chroniques sur Canoë Techno (QMI), ainsi que le blogue de zTélé. Il anime également une émission de webradio (podcast) sur la photographie, Objectif Numérique, où il traite de la photo tant pour les débutants que les plus expérimentés.   Dans le passé, il a aussi écrit pour Branche-toi (Best Buy), Branchez-Vous, Sympatico.ca (Synchro Blogue), Geekbécois ainsi que dans le magazine Primeurs (Super Écran).

Comments are closed.

Fil RSS Articles Abonnés Twitter Fil RSS Commentaires Fil RSS sans images